Histoire

Traité des trois imposteurs : Moïse, Jésus-Christ, Mahomet

Traité des trois imposteurs : Moïse, Jésus-Christ, Mahomet

4,99€eBook: 1,99€

Le Traité des trois imposteurs est un exposé systématique d’irréligion, d’inspiration déiste. Il fait d’abord l’étiologie de la religion, énumérant tous les motifs qui poussent les hommes à s’écarter de la «droite raison» et dénonçant «ceux à qui il importait que le peuple fût contenu et arrêté par de semblables rêveries.»

Les trois imposteurs décrits dans ce traité sont Moïse, Jésus et Mahomet. L'auteur affirme de manière catégorique la fausseté de la religion telle qu'elle est habituellement présentée, l'inexistence de l'âme éternelle, des anges et des démons, et refuse l'idée du Paradis et de l'Enfer. Les trois prophètes sont présentés comme des meneurs d'homme qui se sont servis de la religion pour accroître leur pouvoir sur le peuple.

La Bible est critiquée comme un «tissu de fragments cousus ensemble en divers temps, ramassés par diverses personnes et publiés de l’aveu des rabbins, qui ont décidé, suivant leur fantaisie, de ce qui devait être approuvé ou rejeté, selon qu’ils l’ont trouvé conforme ou opposé à la loi de Moïse.»

Sommaire:

Chapitre I. — De dieu. Fausses idées que l’on a de la Divinité, parce qu’au lieu de consulter le bon sens et la raison, on a la faiblesse de croire aux opinions, aux imaginations, aux visions des gens intéressés à tromper le peuple et à l’entretenir dans l’ignorance et dans la superstition.

Chapitre II. — Des raisons qui ont engagé les hommes à se figurer un être invisible qu’on nomme communément Dieu. De l’ignorance des causes physiques et de la crainte produite par des accidents naturels, mais extraordinaires ou terribles, est venue l’idée de l’existence de quelque puissance invisible ; idée dont la politique et l’imposture n’ont pas manqué de profiter. Examen de la nature de Dieu. Opinion des Causes Finales réfutée comme contraire à la saine physique.

Chapitre III. — Ce que signifie le mot Religion. Comment et pourquoi il s’en est introduit un si grand nombre dans le monde. Toutes les religions sont l’ouvrage de la politique. Conduite de Moïse pour établir la religion judaïque. Examen de la naissance de Jésus-Christ, de sa politique, de sa morale et de sa réputation après sa mort. Artifices de Mahomet pour établir sa religion. Succès de cet imposteur, plus grand que celui de Jésus-Christ.

Chapitre IV. — Vérités sensibles et évidentes. Idée de l’être universel. Les attributs qu’on lui donne dans toutes les religions sont, pour la plupart incompatibles avec son essence et ne conviennent qu’à l’homme. Opinion d’une vie à venir et de l’existence des esprits combattue et rejetée.

Chapitre V. — De l’âme. Opinions différentes des philosophes de l’antiquité sur la nature de l’âme. Sentiment de Descartes réfuté. Exposition de celui de l’auteur.

Chapitre VI. — Des esprits qu’on nomme démons. Origine et fausseté de l’opinion qu’on a de leur existence.

Plus d'info →
Commander!

Newsletter

Newsletter Amaniweb

 

Abonnez-vous à notre Newsletter pour être informé des derniers articles. Nous n'envoyons pas plus d'un courriel par semaine et ne partageons vos coordonnées avec personne